Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du catamaran inoui

De Trinidad à Grenade (début de la saison 2012-2013)

13 Octobre 2012 , Rédigé par cata-inoui.over-blog.com

Jeudi 27 septembre, il fait encore beau dans le Sud-Ouest mais le départ est fixé de longue date... Les valises sont bouclées, plus de la moitié du contenu correspond à des pièces ou fournitures pour le bateau et des livres, les compteurs sont fermés, les portes fermées et hop notre amie Françoise nous dépose à l'aéroport.

Première étape Londres Gatwick avec une nuit dans un hôtel « so british » en attendant le long courrier vers Trinidad.

 

Vendredi : vol sans encombre dans un avion au tiers rempli, nous pouvons prendre nos aises et après une dizaine d'heures ce sont les premiers contacts avec les tropiques.

La chaleur est présente, le zèle des douaniers et de l'immigration également. Un premier contrôle de notre matériel nautique dans un bureau spécial de l'aéroport où l'on nous remet un bon pour le transporter aux douanes de Chaguaramas, où enfin les pièces seront définitivement dédouanées. C'est un peu lourd mais nous y sommes habitués alors cool !

 

Studio

 

 

 

 

L'année dernière les premiers jours avaient été pénibles avec l'adaptation à la chaleur, les odeurs de renfermé du bateau, les moustiques, aussi cette année nous avons loué un petit studio dans le chantier pour limiter la fatigue des premiers jours. Nous pouvons donc bien récupérer la nuit et faire des pauses sous la clim'. Après 3 jours nous avons migré à bord d'Inoui, l'organisme commençait à s'habituer et a bien supporté les 35 à 40 °C le jour et 28 - 30 la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

marché POS

 

 

 

 

Samedi matin expédition au marché de fruits et légumes de Port of Spain. A nous les papayes, patates douces, bananes, oranges pays etc....Le tout dans une ambiance haute en couleur avec des vendeurs aimables... Premier gag du séjour, le chauffeur avait perdu les clefs du minibus, départ différé. Illes retrouvera finalement accrochées à un essuie-glace, honnêtes les Trinidadiens.

 

 

 

 

 

 

Didier Mat

 

 

 

Et les travaux se sont enchaînés : outre le nettoyage de l'intérieur et de l'extérieur, la remise en place des voiles et écoutes, l'entretien des moteurs. Le gros chantier fut pour Marie-Noëlle, le ponçage (à la main) des coques pour pouvoir appliquer un nouvel antifouling, toxique de chez toxique, qui devrait tenir à distance les algues et coquillages.

Nous avons également peaufiné les peintures intérieures, refait des épissures, vérifié le gréement etc. Le tout sans pression, alignant les heures et les jours de travail, sereins, comme les 7 nains de Blanche Neige : Heigh Ho, on pioche dans la mine, heigh ho on rentre du boulot....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BuccaneerEn cette saison, le chantier ressemble à une ruche avec une forte activité pré mise à l'eau sur la plupart des bateaux. Et après le boulot, une longue douche froide (euh à Trinidad c'est 28 °C) et nous retrouvions les amis autour d'une boisson rafraichissante. Lili et François nos voisins de l'an dernier et Agnès et Jean-Charles qui naviguent sur un Buccaneer 40, un trimaran performant sur plan Crowther, un bateau de caractère, qui eut ses heures de gloire. Quasi un vieux gréement de 30 ans comme Inoui.

 

 

 

 

 

 

 

étraveLundi 8 octobre, enfin la mise à l'eau, nous prenons une bouée face au chantier. Finis les travaux salissants, on met de l'ordre dans les outils, les produits et les boîtes de pièces détachées, le bateau commence à être rangé. En fin d'après midi, une averse très dense s'abat sur la zone et soudain un choc : une grosse barque de pêche lancée à vive allure percute Inoui. Le temps que nous comprenions ce qui nous arrive et sortions, elle est déjà repartie. L'impact a eu lieu sur l'étrave, heureusement, Inoui a pu esquiver, mais nous avons des trous à mastiquer et repeindre. Yapluka ressortir les habits de lumière et les produits !

 

Mardi, dès l'aube nous attaquons le ponçage, rebouchage des trous de l'étrave et installons une mini tente pour protéger de la pluie. Nous enchaînons avec des causettes d'adieu avec les amis puis les formalités de sortie : une heure à attendre son tour, remplir quelques liasses de papier en 5 exemplaires (j'avais oublié l'usage du papier carbone), répondre à quelques questions et enfin recevoir les coups de tampons libérateurs.

 

 

Scotland BayNous partons mouiller à Scotland Bay, loin de la zone agitée et industrielle de Chaguaramas : enfin le premier bain, la quiétude du mouillage entouré de jungle. Départ programmé demain à l'aube... sauf qu'on se souvient soudain que l'on a laissé la bouteille de gaz de réserve pour remplissage et qu'on a oublié de la récupérer.

 

Mercredi : bains, peinture de l'étrave et retour à Chaguaramas à la surprise des amis. Après la récupération de la bouteille de gaz, nous remouillons le soir à Scotland bay.

 

 

 

 

 

Enfin le jeudi 11 octobre, dès 6 h du matin Inoui pointe fièrement ses étraves dans la Boca de Monos, cap au Nord vers Grenade, en compagnie d'un monocoque d'une vingtaine de mètres.

Thon

 

 

 

 

Le vent est d'Est, plein travers d'une quinzaine de noeuds, Inoui fait jeu égal avec son compagnon de route, puis le vent mollit et refuse, le monocoque fait parler la puissance de son moteur, il s'éloigne. Les 75 miles séparant Trinidad de Grenade sont parcourus lentement dans ce vent faiblissant et refusant, le final s'effectuant au moteur et nous mouillons à Prickly Bay vers 20 h en pleine nuit noire : pas enthousiasmante cette première navigation, heureusement qu'un petit thon est venu mordre, cela m'a remonté le moral.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi, les vents tournent de 180 ° et s'orientent au Sud, nous déplaçons Inoui car il se retrouve trop près d'un voisin mouillé sur bouée et qui donc n'a pas évité comme nous. Nous recherchons la place idéale et jetons notre dévolu sur un trou entre quelques bateaux. A peine mouillé, un de nos voisins situés à une cinquantaine de mètres sur notre travers vient nous invectiver avec virulence : il est convaincu que j'ai mouillé sur sa chaîne car il avait mouillé face à l'Est et il veut que je parte. J'ai beau lui expliquer que sa ligne de mouillage est nécessairement devant lui, très loin de la mienne, il ne veut pas l'admettre et ne décolère pas. Par acquis de conscience je plonge et vérifie mon mouillage, qui est clair Des témoins de la scène nous rassurent vite, notre Suisse agressif s'en prend à la plupart de ses voisins : cela gache quand même l'ambiance !.

 

Prickly bayMais le problème du jour est Rafael, une onde tropicale que je surveillais depuis quelques jours et qui vient de s'organiser en tempête tropicale. Elle n'est pas très loin de nous, son étendue est vaste et elle couvre presque toutes les petites Antilles. Cela nous vaut ce vent de Sud, heureusement pas trop fort pour nous, ainsi que des averses et orages. Donc surveillance du mouillage et de l'évolution météo et départ retardé vers los Testigos. Pas grave, l'eau est claire et chaude, il reste du bricolage à finir et le blog à reprendre. Un peu de clapot rentre dans le mouillage, la nuit ne fut pas très confortable, quelques rafales m'ont tiré de la couchette mais tout se passe bien, en plus Rafael se dirige vers le Nord et s'éloigne de nous.

 

Prochaines étapes : los Testigos et Puerto la Cruz au Vénézuela.

 

Plus de photos sur Picasa en cliquant ici :link

Partager cet article

Commenter cet article

jean-michel 19/10/2012 08:03

J'ai repris avec plaisir la lecture de vos aventures.
Amitiés. JM

Guy BP 15/10/2012 22:05

Bonjour à vous deux !

Je vois que la reprise s'est faite sans problème : des Pros !

Ici, les dépressions s'enchaînent les unes après les autres. Pour la troisième fois depuis septembre, la neige a fait son apparition sur les sommets (au dessus de 1800m). Contrairement aux deux
fois précédentes, il se peut qu'elle reste car la température est bien basse : 5° C aujourd'hui à Entraigues où je coupe du bois (activité qui permet de te chauffer plusieurs fois !)

Bon voyage à vous ; nous attendons de vos nouvelles.

Guy