Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du catamaran inoui

De Rum Cay (Bahamas) à la Floride

4 Avril 2017 , Rédigé par cata-inoui.over-blog.com

Samedi 18 mars : une fenêtre météo nous permet de remonter vers le Nord, objectif Rum Cay. Par vent de travers de 25 nœuds et sous voilure réduite Inoui se fait bien secouer par la houle, le pont est régulièrement lavé et le cockpit rincé à grande eau, la première fois cette saison ! Il nous faudra à peine 6 heures pour parcourir la soixantaine de miles, 10 nœuds de moyenne avec des pointes entre 15 et 17 nœuds. Cette houle arrive à contourner les cayes et le mouillage devant Nelson Harbour est un peu rouleur, nous nous en contenterons.

Le lendemain nous partons à la découverte de l'île, la partie Sud pour commencer avec sa marina : quel désastre !

 

L'entrée est totalement bouchée par un vaste banc de sable, les pontons d'accueil détruits, les bâtiments endommagés, un voilier coulé à l'intérieur et une demie douzaine de bateaux prisonniers. Toutes les activités liées à la plaisance, pêche en mer, plongée.... ont cessé : ce poumon économique de l'île est mort. Rum Cay comptait près de 5000 miles habitants au 19ème siècle, du temps des plantations de coton et des marais salans, quelques centaines avant Joaquin, 75 aujourd'hui !

 

Nous cheminons le long de la côte Sud, bordée de falaises qui nous permettent d'avoir des points de vue magnifiques surplombant le lagon ou les marais du centre.

 

 

L'après midi, nous visitons la ville et ses environs. Les maisons ont moins souffert de Joaquin qu'à Crooked. Certains toits sont encore recouverts de bâches et quelques terrasses du bord de mer sont endommagées. Mais la ville semble déserte, la plupart des maisons sont fermées, c'est dimanche et des fidèles sont rassemblés autour d'une des églises pour une ''tea party'' bien animée. Ce furent les rares âmes rencontrées.

 

Lundi 20 : Nous quittons Nelson Harbour un peu trop rouleur, avec comme objectif Conception Island. Mais 2 miles plus loin, Munroe Beach nous semble accueillante et nous y restons 24 heures.

C'est une belle journée pour un apnéiste, j'ai visité plusieurs cayes, plus de 2 h dans l'eau (et sous l'eau) entre le matin et l'après midi, je n'ai hélas pas vu un crustacé ! Par contre Marie-Noëlle sur la plage a découvert une tortue échouée (morte).

 

 

Le lendemain nous parcourons la cinquantaine de miles nous séparant du Sud de Cat Island dans des conditions agréables, petit largue avec un vent d'Est de15-20 nœuds et une houle de 2 m. Arrivés vers 14 heures nous tentons de mouiller dans le lagon à Hawks Nest.

 

Le lieu est calme et superbe mais trop étroit pour Inoui, nous ressortons et faisons route vers New Bight au louvoyage, une dizaine de miles plus loin. Sous le vent de la côte, il y a de la place, une plage de plusieurs miles de long et seulement deux autres voiliers.

 

C'est à côté de cette ville que se trouve le plus haut sommet des Bahamas, avec neiges éternelles, station de ski.... 63 mètres !

L'ascension est réussie dès le lendemain, en suivant un Chemin de Croix dont certaines stations donnent dans le figuratif, comme celle de la Rèsurection avec un tombeau du Christ.

 

 

Au sommet, jili point de vue sur l'île mais surtout un site pittoresque car au 19 ème siecle, un prêtre y a construit un ermitage vers la fin de sa vie : une imitation d'église grecque.

C'est superbe et énorme pour les Bahamas où les vieilles pierres sont rares, en dehors des lieux de cultes.

 

 

 

 

 

 

Vous comprendrez mieux dans quelques jours lorsque je vous proposerai d'admirer d'autres vieilles pierres.

Car la construction dominante est le cabane en bois, jolie, pratique, aussi vite reconstruite que détruite par un cyclone....

 

Nous continuons notre progression vers le Nord-Ouest, sous le vent de l'île. Les plages deviennent rares, les petits villages se succèdent un peu identiques : une ou plusieurs églises, une partie des maisons abandonnées et des habitants d'une extrême gentillesse. Partout nous sommes salués avec le sourire et de l'aide est proposée. Les installations touristiques sont rares et discrètes.

 

Nous restons une journée en stand-by à Orange Creek extrémité Nord de l'île car nous subissons encore un passage de vent soutenu, 30 nœuds ''fichiers''. Depuis un mois, ce doit être le quatrième qui nous oblige à nous terrer.

 

Heureusement ce bourg possède une vaste plage où il fait bon se promener....

 

Sous l'oeil vigilant de rapaces !

 

 

Samedi 25 : Le vent a baissé d'un cran et nous quittons Cat Island, sous voilure réduite, Inoui file quand même à 10 nœuds de moyenne et nous atteignons rapidement Little San Salvador, une petite île, propriété privée d'une compagnie de croisière, qui y a aménagée la superbe plage (rebaptisée glamoureusement Half Moon Beach) pour une escale de ses paquebots. Aujourd'hui nous sommes seuls au mouillage et pouvons visiter les installations prévues pour des milliers de passagers.

 

Nous devons quitter ce ''paradis'' et continuer notre route. Pendant une partie de ce trajet, nous ne sommes plus à l'abri des barrières coralliennes et la houle se fait sentir. Heureusement de trois-quarts arrière et Inoui accélère dans les descentes de vagues : nous atteindrons plusieurs fois 18 nœuds, par plaisir Marie-Noëlle ne lâche pas la barre. Nous mouillons pour la nuit sous le vent d'Eleuthera, bien à l'abri de la houle.

 

Je pensais rallier le Nord-Ouest d'Eleuthera directement mais en examinant les cartes de détails, je m'aperçois que la route est barrée par une vaste zone de bancs de sables peu profonds et variables.

 

Nous la contournons donc par le Nord en scindant l'étape et programmons une escale à Governor Harbour.

Et nous ne le regrettons pas,le site est joli protégé par des falaises calcaires,

 

 

De plus, la ville est agréable et chargée d'histoire, car elle fut le siège du premier gouvernement des Bahamas. Elle possède de nombreux bâtiments anciens...

 

 

Et comme promis précédemment, une photo de très vieilles pierres Bahaméennes : le siège de la première ambassade américaine aux Bahamas : no comment !

 

Mardi 28 : route vers les Abacos distants d'une soixantaine de Miles, le vent est faible de travers, mais Inoui se déhale gentiment autour de 6-7 nœuds, par contre le vent fort de ces derniers jours a généré une grosse houle qui ballotte le bateau (et nous par la même occasion) de manière désagréable et du coup va rendre l'entrée dans les '' cuts'' très très délicate. Je choisis le passage le plus large et profond, North Chanel Cut, malgré cela fut stressant : vagues hautes et abruptes qui brisent sur les bords et la zone sans déferlante est étroite. Une fois à l'abri de la barrière corallienne, le calme est enfin retrouvé.

 

 

 

Le lendemain nous retrouvons Anne et Christian, nos amis de Tidom avec lesquels nous avions passé de bons moments à Santiago de Cuba l'an passé. Les récits de nos aventures nous occupent bien mais nous programmons une partie de chasse avec Christian, prés de Matt's Lowe Cay. Il veut nous cuisiner un gros poisson et raménera un mérou de 4 kg et moi 5 langoustes, pas très grosses, autour d'une livre pièce, mais elles ont largement la taille réglementaire. Cela sera sans doute les dernières de la saison, la période d'interdiction de pêche commence le 1er avril. En plus, la veille j'avais pêché un thazard de 2 kg...

 

Vendredi 31 : nous quittons nos amis et faisons route vers l'Ouest, l'objectif est de se positionner dimanche soir à West End à l'extrémité de Grand Bahamas Island, pour traverser le Gulf stream et rallier la Floride à Fort Pierce.

Nous restons sur le Little Bahamas Bank au Nord des Exumas et de l'île de Grand Bahamas, les escales possibles sont assez nombreuses.

Une première étape nous amène à au Sud de Crab Cay. Le vent était prévu 15-20 nœuds de Sud, idéal pour tailler la route, en fait il a forci 25-30 tempo plus. Je n'avais pas anticipé et arriser la grand'voile dans ces conditions me faisait craindre pour le matériel, parfois je me sens petit devant la puissance d'Inoui : l'arrêt fut le bienvenu.

L'étape suivante se fait par vent d'Ouest faible, donc des bords à tirer puis du moteur lorsque vent diminua et nous mouillons à Sale Cay, vaste rade bien protégée et fréquentée : 11 voiliers et 4 trawlers y passent la nuit.

 

Et la dernière étape se fait par vent d'Est faible, une dizaine de nœuds, sous spinaker, voile que nous ne sortons pas fréquemment mais qui nous permet de nous déhaler en douceur à 6 nœuds.

 

 

Lundi 3 avril : départ de West End à 4h du matin, car je veux rentrer dans la passe de Fort Pierce avec un courant favorable, c'est tôt, mais cela permet d'admirer un joli lever de soleil !

 

 

Nous nous étions fixés début avril pour traverser vers la Floride, et ce lundi 3 le créneau était jouable avec un Est-Sud-Est de 20-25 noeuds. Ce n'est jamais l'idéal, le vent est pile pile arrière, donc nous tirons des bords de grand largue et il est un peu soutenu surtout vers l'arrivée, du coup la mer est un peu hachée, mais pas haute car le vent ne s'oppose pas au Gulf Stream.

Sitôt amarré à la marina, je me débarasse du point le plus pénible des formalités qui est de signaler notre arrivée aux USCBP (un mix entre la douane et la police des frontières), par téléphone avec plein de renseignements et quand c'est enfin complet j'ai droit à un "arrival number" qui permet de  se présenter à un bureau des USCBP dans un délai de 24 h. A Fort Pierce, les USCBP sont à l'Airport, taxi obligatoire, ce sera pour demain matin.

Puis, aprés quelques courses, nous remonterons vers le Nord, mais cela est une autre histoire.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article