Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du catamaran inoui

De Green Cove Springs (Floride) à Titusville (Floride) par l'ICW

26 Novembre 2016 , Rédigé par cata-inoui.over-blog.com

Vendredi 4 novembre : les bricolages ont commencé pour réarmer Inoui, c'est presque devenu une routine et avec l'expérience nous savons qu'environ une semaine est nécessaire. Pas question d'y déroger car une négligence peut se traduire par une grosse perte de temps une fois les amarres larguées.

Beaucoup de dégripages, graissages, désoxydations des contacts électriques, maintenances préventives... Par contre nous ne pouvons réaliser les peintures prévues, les contrôleurs de sécurité à Miami nous ayant saisi une partie des pots et le catalyseur.

 

Nos amis et voisins Québécois sont arrivés à bord de leur catamaran '' One Life '' . Certes les deux équipages sont très occupés, peu de temps pour la flânerie, mais quelques phrases échangées dans la bonne humeur, c'est excellent pour se stimuler mutuellement. Leur souci principal est une petite pièce à changer au niveau de chaque transmission des moteurs, opération qui nécessite beaucoup de main d'oeuvre car il faut déplacer les moteurs, déjà plus de 20 heures effectuées par le mécanicien et à 95 $ l'heure, l'addition monte vite !

 

Pour nous l'addition légèrement salée vient de l'antifouling, car en Floride, seul un professionnel équipé, est autorisé à poncer la vieille peinture et passer la nouvelle. Le chantier pratique un forfait, donc pas d'angoisse liée au temps passé mais cela nous occasionne une dépense inhabituelle de près de 800 $ pour un travail que nous réalisions en 2-3 jours.

 

Mardi 8 novembre, après une soirée d'adieu fort sympathique à bord de One Life la veille, nous aidons nos amis à mettre à l'eau et à larguer les amarres et nous voilà seuls francophones dans le chantier.

 

Les élections américaines sont là pour nous distraire et nous passons la soirée dans le Lounge du Yacht Club devant la TV, en compagnie de nombreux équipages américains. Au fur et à mesure des annonces des résultats, certaines mines se réjouissent, d'autres pas .

 

 

Les premiers votes laissent planer un espoir pour Hillary Clinton, elle méne d'un Grand Electeur, puis Trump repasse en tête et les pronostics pour la Floride et d'autres ''Swing States'' lui sont favorables. Le Macho populiste plaît plus aux Américains que la Lady liée à l'establishment !

 

Jeudi 10 novembre : la mise à l'eau d'Inoui a lieu comme prévue, sans problème, mais au moment de fixer l'étai et l'enrouleur sur le mat, un des employés du chantier remarque que la ferrure de fixation du sus-nommé étai, en tête de mat est fendue d'un côté et de l'autre présente des cricks, bref l'étai ne tenait plus ces derniers temps que par la moitié des 4 cadènes boulonnées en tête de mât...., le démâtage n'était pas loin !. Je démonte rapidement cette pièce qui part aussitôt chez le soudeur Inox. Nous sommes irrités par ce contretemps mais conscients de notre chance : nous sommes passés à côté d'un très grave ennui.

 

 

La ferrure de mat a été réparée et remontée dès le vendredi. Mais le chantier n'a pas pu nous remâter car, pas de chance, le travelift s'est enlisé en déplaçant une grosse barge, quelques heures pour le sortir de ses ornières ; notre manipulation est reportée à lundi. deux jours de perdus, cela aurait pu être pire !

 

Du coup nous profitons de la voiture pour aller visiter St Augustine, la plus ancienne ville construite sur le territoire des USA (par les conquistadores, bien avant l'arrivée des colons anglais) .

Nous sommes le 11 novembre et aux States, c'est ''Veterans Day '' ; il y a des animations spéciales au vieux fort de la ville avec costumes de l'époque espagnole, mais aussi des tirs de vieux canons selon le protocole ancien etc...sympathique !

 

 

La ville a gardé ses quartiers historiques, bien restaurés, il est agréable de flâner le long de ces vieilles demeures, d'autant que certaines rues sont piétonnières.

 

Le lendemain, nous allons nous promener le long de la riviére à Jacksonville et visiter les plages proches. Quelques dégâts du passage du cyclone Matthew sont encore visibles au niveau des palmiers, dunes et équipements publics du front de mer, mais le tourisme et le commerce ont bien repris.

 

 

Lundi : avant de mâter Inoui, le chantier doit mettre à l'eau la grosse barge dont l'équipage prend vraiment son temps. Nous bouillons d'impatience, et après plus de 3 heures d'attente, la barge rejoint l'élément liquide et..... commence à couler dans la darse. Le chantier retend les sangles du travelift, met en route une pompe.... Vers 14 h, la place est libre et le mât d'Inoui peut enfin être remis en place.

 

 

Mardi : le minimum indispensable ayant été effectué la veille au soir, (grand'voile en place, connexions électriques rebranchées), dès le lever du jour, malgré le froid matinal, nous quittons la darse sans traîner, nous avons envie de changer de paysage.

 

En plus le pont de Jacksonville situé à une vingtaine de miles est en travaux et n'ouvrira qu'à midi ou en soirée. Le courant nous est défavorable le matin et le coefficient de marée est très élevé. Finalement nous serons à l'heure au rendez-vous avec le pont et nous pouvons continuer à descendre la rivière St John.

 

En fin d'après-midi nous atteignons notre objectif et embouquons les Intra Coastal Waterways, la voie navigable que nous suivrons jusqu'à Miami, 350 miles au Sud : une sorte de Canal du Midi ? Dans nos rêves, oui !

 

 

Car ce premier soir dans les Waterways est un peu angoissant : le seul mouillage possible avant la nuit, est par 8 m de fond dans un bras étroit de rivière avec un courant important : 2,5 nœuds en fin de jusant à notre arrivée, 5 nœuds en milieu de nuit à mi jusant !

Si c'est cela les Waterways, pas cool !

Pas rassuré, je me suis levé plusieurs fois pour contrôler la tenue de l'ancre, surtout après les renverses de courant.... Pour me récompenser de mes efforts, la lune à son périgée, grosse et brilante, se montrait superbe !

 

Finalement la nuit s'est passée sans problème et au réveil le bateau était couvert d'oiseaux dans un environnement presque sauvage.

 

 

La vitesse du courant était due au fait qu'au delà de notre mouillage, se trouvent de vastes étendues de marais qui subissent la marée et nous étions dans une partie étroite proche de la mer, le goulot de l'entonnoir, avec en plus un coefficient de 119 qui aggravait le phénomène.

 

La navigation ensuite fut plus tranquille, souvent le courant est très faible, parfois un peu plus fort aux abords des passes vers la mer, jamais plus de 2 noeuds.

 

Notre rythme se met en place : départ vers 7 h du matin (peu après le lever du soleil), une vitesse de 6 nœuds au moteur, je recherche alors dans les guides nautiques un mouillage pour le soir, 40 à 50 miles plus loin, un mouillage vers midi pour une pause lunch et enfin stop vers 15-16h, il fait nuit vers 17 h 30.

 

Le balisage des Waterways est très correct et la navigation ne pose aucun problème, seulement une veille attentive pour éviter les autres bateaux et ne pas sortir du chenal dragué où l'on trouve au moins 2,5 m d'eau.

 

Les ponts fixes possèdent une clearance verticale minimale de 65 pieds (19,8 m), le mât d'Inoui et ses antennes culminent vers 18 m, cela passe !

Les autres ponts sont ouvrants et il suffit d'appeler à la VHF. Parfois le pontier me tient un long discours que je ne comprends pas toujours mais le pont s'ouvre assez rapidement. Quelques ponts ont des horaires fixes (toutes les 30 min par exemple), un peu plus d'attente est nécessaire, mais tout est bien répertorié dans mes guides nautiques.

 

Les rives sont variées, urbanisées avec souvent de belles maisons qui sont pourvues d'un ponton et d'un gros canot à moteur et elles possèdent fréquemment une très vaste moustiquaire qui protège la terrasse voire la piscine.

 

 

Lors des traversées de ville, nous apercevons aussi quelques immeubles sans charme, des marinas, mais souvent nous naviguons en pleine nature. Nous voyons de nombreux oiseaux : les marins habituels, cormorans, pélicans, mouettes,

 

mais aussi des hérons, des grues, des ibis, des colonies d'oies blanches, des aigles à cou blanc...

 

des dauphins très souvent et parfois des lamantins.

 

 

Une petite vague de froid est arrivée sur l'Est des USA, et les températures du matin sont fraiches 8°C dehors, 11°C dans le bateau, pour atteindre 20 à 24 dans l'après-midi ; les couettes et polaires sont sorties.

Du coup, les oiseaux migrateurs partent vers le Sud : nous voyons passer régulièrement des vols groupés bien alignés.

 

 

Les moustiquaires devant les maisons et les zones marécageuses nous ont fait craindre une invasion de ces bestioles, mais le froid a du les calmer car nous ne serons que très rarement importunés

 

Les choses se mettant en place vraiment tranquillement depuis quelques jours, (en dehors du manque de connexion internet régulière), la vie est cool à bord d'Inoui !

 

Vendredi 18 novembre : nous mouillons à Titusville à proximité de Cap Canaveral et là, une bonne surprise nous attend, mais cela est une autre histoire !

 

Partager cet article

Commenter cet article