Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du catamaran inoui

Début de la saison 2016-2017 en compagnie du cyclone Matthew

16 Octobre 2016 , Rédigé par cata-inoui.over-blog.com

Lundi 3 octobre 2016 : notre septième saison tropicale débute.

Le vol Bordeaux Jacksonville via Madrid et Miami nous oblige à passer une nuit à Madrid. A proximité de l'aéroport, j'ai trouvé un hébergement par Airbnb à 20 € dans un quartier tout neuf de Madrid. L'hôtesse était des plus charmantes et la chambre agréable et confortable, expérience à renouveler.

 

A Miami, la douane est organisée bizarrement pour les bagages de soute. Bien que ceux-ci soient enregistrés jusqu'à Jacksonville, il nous faut les récupérer sur le tapis bagage, passer devant les douaniers puis les redéposer 100 mètres plus loin. Au pas de course, car notre temps de correspondance est bref et l'aéroport vaste. Nous fumes les derniers à monter dans l'avion peu avant la fermeture des portes.

 

Evidemment les valises ont loupé la correspondance. C'est presque devenu une routine pour nous et pas notre principal sujet de préoccupation ; nous demandons leur livraison à la marina où elles arrivèrent dès mercredi midi, mais ouvertes par les contrôleurs de sécurité. Pas de chance, quelques bidons de peintures ont été enlevés. Normal car il s'agit d'un produit interdit en soute, cela passait depuis des années, perdu cette fois !

Par contre, les contrôleurs en ont profité pour soustraire une bouteille de vin : ça c'est moins délicat !

Nous retrouvons donc Inoui, en excellent état et nous commençons mollement quelques nettoyages-bricolages.

Car le cyclone Matthew se rapproche et les vents prévus sur notre zone pour vendredi après-midi ne cessent d'augmenter. Les prévisions du mardi envisageaient localement 45 nœuds de vent, mercredi 60, jeudi matin la météo annonçait une vitesse du vent 70 nœuds, plus les rafales !

La pression monte : certes le catamaran est démâté depuis le printemps, nous avons ôté sa bâche de protection et avons dégagé totalement le pont.

Mais je commence à envisager des mesures encore plus sérieuses, comme fixer le bateau au sol. Inoui est un '' déplacement léger'' à peine 5 tonnes pour 41 pieds et il va encaisser les vents forts par l'arrière

 

 

L'attente est déprimante avec la surveillance des bulletins météo de plus en plus pessimistes, (Matthew repasse en catégorie 4 jeudi), le spectacle de l'embouteillage lié au défilé ininterrompu des voitures sur la route proche de la marina, en raison de l'évacuation de St Augustine et des autres villes côtières, et la forte pluie battante  (je n'ai pas de chiffres exacts pour notre secteur mais certains endroits un peu plus au Nord ont reçu 45 cm d'eau, soit la moitié des précipitations annuelles en France)

Les images d'Haïti et de Baracoa (Cuba) après le passage de Matthew nous ont également fortement impressionnées.

 

Nous parcourons des dizaines de km pour faire la tournée des magasins de Hardware, tous dévalisés, à la recherche d'ancres terrestres... Finalement j'en récupérerai 2 auprès d'un chantier qui m'aide à les enfouir dans le sol.

 

Notre zone n'a pas reçu d'ordre d'évacuation. Nous restons sur place comme la plupart des plaisanciers présents, nous pensions lors du plus fort de la tempête (vendredi de 13h à 20 h) aller nous réfugier dans le Guest Lounge du Yacht Club, un bâtiment en dur et confortable. Finalement nous sommes restés au bateau, rassurés par son ancrage.

 

Vendredi en début d'après-midi, ce fut un peu Rock'n Roll lors du passage du front, le bateau vibrait fort mais n'a pas bougé. L'electricité a été coupée vers 14h, plus d'internet ni de télé au Guest Lounge.

 

 

Sur le cata de nos amis québécois, le filet de protection s'est envolé puis l'annexe et son taud, amarrés sur la trampoline, montraient des velléités d'indépendance, nous sommes donc sortis pour les refixer  : nous nous déplacions à 4 pattes sur son pont et la force des impacts de la pluie sur les mains et le visage faisaient croire à des grêlons.

Comme le bateau était démâté, pas d'anémomètre. L’œil de Matthew est passé à une quarantaine de miles de nous, il était alors en catégorie 3 ; par recoupement d'informations je pense que nous avions autour de 50 nœuds de vent, tempo 60, voire plus de 70 dans certaines rafales.

 

Le vent s'est calmé progressivement en soirée et en fin de nuit il est redevenu raisonnable. Samedi matin le soleil brillait avec un ciel très peu encombré.

 

Peu de dégâts sur le chantier, aucun bateau tombé à terre (la plupart étaient ancrés au sol), des filets de protection et des bâches arrachés, des arbres déracinés, une partie de la toiture de l'office du Yacht Club envolé. Un bateau (vide) au mouillage devant leYacht Club est allé à la côte.

 

Plus d'électricité localement, ni dans les villes proches, il a fallu parcourir une trentaine de km pour trouver près de Jacksonville, des commerces ouverts et un Mc Do pour envoyer des mails.

 

C'est notre sixième hivernage en zone Caraïbes. Lors des premiers, ma crainte des cyclones m'avait fait choisir des lieux hors zone cyclonique : Trinidad puis le Rio Dulce. Il n'y a pas eu de cyclone majeur ces dernières années alors j'ai baissé la garde et nous sommes partis en Floride zone que nous n'avions pas encore explorée.

 

Cela s'est bien passé pour nous car, par chance, nous sommes revenus, quelques jours avant le passage de Matthew et nous avons pu préparer le bateau mais je vais redevenir prudent !

 

L'électricité a été rétablie dimanche matin au chantier et la vie a repris son cours : la télé du Guest Lounge n'est plus en permanence sur le Weather Chanel, on peut revoir Donald et Hilary... Les moustiques aussi sont de retour !

Côté ravitaillement nous avons été un peu imprévoyants, car avant Matthew les supermarchés ont été dévalisés : impressionant ces longs linéaires vides. Puis après, sans doute à cause de la rupture de la chaine du froid, les surgelés ont été enlevés, et comme les réapprovisionnements divers étaient perturbés, peu d'achats possibles. Pas dramatique pour nous, il y a des réserves à bord d'Inoui.

 

 

Mardi 11 octobre : la bâche est replacée sur Inoui, le bateau refermé et nous partons pour un road trip vers la Louisiane, deux Festivals dans les jours à venir, mais cela est une autre histoire !

 

Partager cet article

Commenter cet article