Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du catamaran inoui

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

7 Avril 2016 , Rédigé par cata-inoui.over-blog.com

Vendredi 18 mars : le Guarda Frontera se présente à l'heure prévue à bord d'Inoui, remplit une épaisse liasse de documents, visite le bateau pour vérifier que nous n'embarquons point de clandestin, fait venir un collègue et son chien renifleur et enfin nous délivre notre Zarpe de sortie de Cuba, document indispensable pour l'entrée aux Bahamas. Il est 7 h du matin, le soleil ne va pas tarder à se lever et nous quittons Puerto Vita.

Nous avons de la chance, la météo prévoit des vents de Sud-Est pour les 3 jours à venir, idéal pour faire cap au Nord-Nord-Est vers l'archipel des Ragged Island situé à 65 miles, puis ensuite vers George Town aux Exumas, notre port officiel d'entrée.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Le vent prévu est au rendez-vous autour de 20 nœuds et Inoui, file, au petit largue, entre 8 et 9 nœuds, par une mer peu agitée, un vrai plaisir !

Nous atteignons le sud de Ragged Island vers 15 h et continuons vers ''House Bray'' un mouillage un peu au Nord, en longeant l'archipel du côté sous le vent : mer plate, fonds de quelques mètres avec une eau turquoise, nous découvrons les côtes des Bahamas, quasi plates, coralliennes, avec de jolies plages de sable blond, quelques dunes et parfois un plaisancier au mouillage.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Une fois notre ancre au fond nous savourons le changement :

  • côté technique : l'ancre ne peut pas déraper avec ce sable compact, comme ce fut parfois le cas dans la vase des mouillages de Cuba,

  • côté paysage : l'eau est claire comme du cristal, nous voyons les coquillages au fond de l'eau, une tortue passe sous le bateau et la plage est superbe

  • côté administratif : pas de visite de Guarda, pas de papiers à remplir, pas de documents confisqués et rendus à l'heure annoncée du départ, pas d'interdits proférés : bienvenue aux Bahamas. Nous nous sentons libres !

Le lendemain, nous progressons tranquillement vers le Nord, à l'abri des Cayes, posant l'ancre le midi devant une superbe plage pour une baignade et une marche, puis mouillant pour la nuit à Jamaïca Caye, à proximité d'une sortie de la barrière de corail. L'île est déserte, seuls deux bateaux de pêche sont au mouillage, entourés de plusieurs canots utilisés le jour pour sillonner et pêcher entre les récifs. Le fond légèrement herbeux est parsemé de lambis, j'en remonterai quatre.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Notre destination, George Town est à plus de 60 miles et pour naviguer plus vite, je préfère quitter temporairement la protection de la barrière de corail. Les 30 premiers miles sont donc avalés en moins de 4 heures et nous repassons sur le banc.

La géographie des Bahamas est particulière : d'un côté des îles, des grands bancs peu profonds, et de l'autre côté, la pleine mer avec des fonds importants, fréquemment plus de 1000 mètres à quelques km de la côte. Les bancs possédent rarement des sondes supérieures à 3 mètres, parfois moins d'un mètre (Inoui cale 1,05 m), il faut trouver les passages entre les hauts fonds. Certaines zones sont bien cartographiées avec des routes recommandées, nous les suivons si possible mais cela demande quand même une bonne vigilance, car les bancs de sable se déplacent au gré des tempêtes.

Et à l'approche des Exumas nous devons franchir une passe tortueuse (Hog Cay Cut) où la carte indique 1,4 m de fond. Pas de chance nous nous présentons à marée basse (à marée haute nous aurions 80 cm d'eau en plus). Nous affalons les voiles et progressons lentement au moteur, essayant de repérer à la couleur de l'eau les passages ''profonds''. Je verrai avec angoisse le sondeur indiquer 1,1 m : les bigorneaux ont du rentrer dans leurs coquilles pour ne pas être frottés par nos quilles !

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Arrivés à George Town, nous effectuons la clearance d'entrée (cher : 300 US$ , quoique valable 1 an), nous achetons une carte SIM locale et un plan internet, nous pouvons nous connecter à Internet du bateau, même si parfois cela rame un peu ; puis nous visitons un supermarché, bien achalandé (cela change de Cuba) mais avec des étiquettes à donner le vertige : litre de lait à 4 $, douzaine d’œufs et kg de tomates à plus de 5 $, 3 $ pour déposer un sac poubelle....!

La liberté n'a pas de prix, mais elle a un coût !

Souci de riche, certes, et je crois même que certains persifleurs pensent que craignant les révélations des Panama Papers, nous avons fui le Panama l'an dernier, pour placer nos avoirs aux Bahamas. Possible, mais hélas, après l'achat de 3 concombres et 2 pamplemousses, nous sommes r

Nous restons en stand by quelques jours au mouillage de George Town, d'une part parce que le vent souffle un peu trop fort pour que nous allions jouer sur les hauts fonds, d'autre part, parce que le mouillage est joli devant une belle plage. Ensuite le site est bien aménagé pour les plaisanciers, tel le Dinghy Dock avec eau douce à disposition.

A George Town, il y a environ 300 bateaux au mouillage (très vaste, nous ne nous sentons pas tassés) : des Américains et des Canadiens fuyant leurs frimas hivernaux et au moins 2 autres Français avec lesquels nous échangeons des infos et passons des moments conviviaux.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Jeudi 24, nous quittons George Town avec un gentil vent de Sud-Est et pendant quelques jours la météo restera cool, du coup nous aussi.

Nous faisons route vers le Nord des Exumas, une navigation assez tranquille tantôt à l'extérieur du banc pour des étapes un peu longues, tantôt à l'intérieur, en zigzagant entre les hauts fonds pour d'autres étapes plus courtes ; nous nous familiarisons aussi avec le franchissement des ''cut'', ces passages parfois étroits entre les îles où le courant et la mer peuvent être délicats à négocier.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Nous ne rencontrons que de jolis mouillages avec toujours cette eau cristalline, parfois un lieu distrayant comme ''la sirène et le piano'' sculpture immergée financée par David Copperfield, la plage aux cochons sauvages, la grotte sous marine de James Bond... ; c'est reposant pour nous et le bateau.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Quoi qu’un après-midi, j'ai abrégé mon bain, un requin de 2,5 m faisait sa sieste posé sur le sable sous le bateau ; je n'ai pas eu l'indélicatesse de le réveiller !

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Je me répète, mais ces Bahamas sont vraiment un paradis pour les navigateurs, avec cette eau d'un bleu plus bleu que bleu, ces mouillages nombreux, bien secure, abrités, 2 à 3 m de fond de sable bien compact ; tout en progressant vers le Nord, nous en testons plusieurs par jour pour avoir un choix lors de la venue de notre fille.

Les îles sont presque toutes habitées mais souvent privées, cependant nous pouvons y mouiller et débarquer sur les plages mais elles sont dépourvues de ressources pour nous.

Un bateau ravitailleur y passe toutes les semaines et les habitants se font livrer ce dont ils ont besoin. En conséquence, il n'y a pas de shop !

Sur les principales îles (Staniel, Highborne), Bahamas Telecom a érigé de grandes antennes qui nous permettent de nous connecter à Internet grâce à la clé 3G. Du coup nous avons un bon suivi météo, des contacts avec notre tribu, des nouvelles du monde et pouvons régler quelques affaires restées en suspens vu la difficulté de communication à Cuba.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Vendredi 1er avril, nous faisons route directe d'Allan Cay vers Nassau en passant au dessus de Middle Bank où les fonds sont parfois inférieurs à un mètre. Bien que nous soyons à marée haute, une veille attentive est nécessaire et à la couleur de l'eau nous repérons les pâtés coralliens : à éviter !

L'objectif à Nassau est d'effectuer un premier repérage de la ville avec ravitaillement, donc un stop d'un ou deux jours dans une marina, puis une navigation est prévue vers Eleuthera à une quarantaine de miles, si la météo le permet.

Depuis une dizaine de jours c'est assez tranquille et favorable de ce côté, mais en milieu de semaine prochaine, une dégradation est prévue, à surveiller de près !

En fait après un stop pour la nuit à Rose Island à proximité de Nassau, nous recaptons des cartes météo et vu l'évolution de la semaine, j'ai pensé qu'il valait partir pour Eleuthera dès aujourd'hui, samedi car à partir de dimanche midi des vents contraires sont prévus...

Après une gentille traversée au largue, à 8-9 nœuds bien que sous voilure réduite, nous trouvons un mouillage à Spanish Wells sur George Cay.

En fait ce mouillage ne nous semble pas excellent, le seul bon abri est tout petit, occupé par quelques bouées et aucune n'est libre, mais comme le dernier ravitaillement date de 9 jours, à George Town, l'objectif urgent est l'épicerie proche. Il s'agit d'un joli supermarché, bien achalandé, avec des prix un peu plus raisonnables qu'à George Town, le point faible étant les fruits, rares et chers (orange vendue à la pièce, à plus d'un US$).

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Ensuite nous pensions dérader rapidement vers un mouillage plus abrité, Royal Island à 5 miles, mais nous avons trouvé un bar bien situé et très agréable avec happy hours.

Deux Bahama Mama (le cocktail local) plus tard, le mouillage nous a semblé correct pour la nuit.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

n réalité, c'est surtout parce que cette ville nous a plu : c'est un port de pêche très actif, avec de nombreux gros bateaux de pêche au look particulier avec leurs stabilisateurs relevés lorsqu'ils sont au port..

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

De plus on y ressent un environnement de travailleurs avec une population accueillante, pas de boutique à touriste, mais des jolies maisons fleuries. Nous voulons nous y attarder et la découvrir un peu plus.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Nous visitons ensuite plusieurs mouillages bien abrités des Eleuthera comme Royal Island, Hatchet Bay; les vents sont assez variables ces jours-ci, il est donc préférable de choisir des baies assez fermées surtout pour la nuit. Hatchet Bay en est l'exemple parfait, une rade quasi circulaire de presque un km de diamètre et une unique passe d'entrée d'une vingtaine de mètres de large entre les falaises coralliennes. Impressionant : Inoui mesurant 7 mètres de large, les roches agressives ne sont pas éloignées de chaque bord.

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Cette zone est réputée poissonneuse, ce que je confirme, j'ai plusieurs touches fructueuses, quoique une fois, un trop gros emporte mon bas de ligne, mais surtout je remonte un ''grouper'', une sorte de mérou, le meilleur poisson local ! Et pas un petit : 6 kg, les protéines sont assurées pour les jours à venir !

Les Bahamas : Ragged, Exumas, Eleuthera

Mercredi 6 avril : dernier jour de vents favorables pour le retour vers Nassau, alors vers 9 heures nous déradons par un bon vent d'Est autour de 25 nœuds, quasi vent arrière. Et Inoui avale la distance autour de 9 nœuds dans une mer peu formée car le fetch est court, nous restons à l'abri d'Eleuthera : encore une belle navigation !

Par ce type de vent, les possibilités de mouillage à proximité de Nassau sont limités, nous tentons un petit abri au Sud de Rose Island ; cet abri au cadre agréable, permettra finalement de passer une soirée et une nuit assez tranquille, les fonds étant de bonne tenue et le clapot faible.

Certes il y a des marinas à Nassau mais nous avons choisi d'en limiter l'usage vu le coût dissasif (plus de 80 US$/nuit pour Inoui).

Jeudi 7 avril : ce soir, nous tentons le mouillage dans Nassau Harbour malgré le courant et les vents aléatoires. Et ce n'est qu'à la cinquième tentative qu'Inoui semble avoir trouvé sa place, entre les bateaux déjà à l'ancre et évitant en tous sens, les hauts fonds, les bouées en place et le chenal. Pour cette nuit nous nous en contenterons mais pas question de laisser le bateau sans surveillance, alors demain nous irons dans une marina

Nassau, nous voilà... mais cela est une autre histoire !

Partager cet article

Commenter cet article