Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du catamaran inoui

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

10 Octobre 2013 , Rédigé par cata-inoui.over-blog.com

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Mercredi 25 septembre : la maison est rangée, les compteurs fermés, les derniers au revoir aux amis adressés et adieu la Métropole. Notre amie Françoise nous accompagne à l'aéroport, elle aimerait bien embarquer avec nous et nous conseille de vérifier nos sacs, d'autres copains pourraint bien être cachés dedans. C'est vrai, qu'il est enviable, notre biorythme d'heureux traités....

Jeudi 26 : après une nuit à Londres, onze heures de vol nous conduisent à Trinidad via Sainte Lucie. L'avion est complet, pas de place pour s'étirer, la nourriture de la British Airways est toujours aussi anglaise, la routine !

Une heure pour le passage au contrôle des passeports, et au final une autorisation de séjour temporaire de 2 jours, qu'il faudra faire prolonger au service de l'Immigration de Chaguaramas où se situe le chantier d'hivernage.

Puis, une bonne demie heure pour un contrôle spécial (et plus que superficiel) des bagages, en raison des pièces importées pour la maintenance du bateau et nous pouvons enfin rejoindre Chaguaramas. Après un petit crochet par les douanes locales qui examinent notre accastillage et en autorisent l'importation, nous retrouvons enfin notre fier vaisseau. Son état est impeccable, gros soulagement !

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Du vendredi 27 au vendredi 4 octobre : nous travaillons d'arrache-pied, pour remettre en place les voiles et manœuvres, nettoyer, peindre, finir les réparations moteurs. Dans la cabine ventilée, la température atteint les 40° C, dans les cales moteurs, c'est le sauna. Un chiffon dans une main pour essuyer les traces d'huile, un autre dans l'autre main pour la sueur, surtout ne pas se tromper...

Marie-Noëlle, la reine du pinceau et du rouleau laqueur, repeint certaines zones extérieures bien défraichies, et passe l'antifouling, entre 2 à 3 couches selon les zones (l'inefficacité d'une seule couche la première année, a servi de leçon)

Et nouveauté cette année, un nid de fourmis agressives positionné sous la coque babord. Nous sommes tous deux constellés de taches rougeâtres, dues à leurs piqures. En attendant que les employés du chantier viennent éradiquer ce fléau, Marie-Noëlle peint en sautillant à cloche-pied pour ne pas laisser le temps aux fourmis d'escalader ses chaussures. Sous les Tropiques, la vie grouille, avec parfois des bébêtes peu agréables.

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Nous avons loué un petit studio dans le chantier pour les 3 premières nuits : les pauses du midi et du soir se passent dans le flux d'air de la clim' et les nuits se passent aussi au frais. Nous pouvons bien récupérer et nous adapter aux conditions tropicales, sympathiques certes, mais rudes sur le chantier :

la température, qui de 8 h à 16 h dépasse les 35°C, le soleil qui cuit, l'absence de vent dans ce site, l'impossibilité de se baigner dans cette baie industrielle...

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Le samedi, nous effectuons la tournée matinale qui nous conduit d'abord au marché de Port of Spain, marché toujours aussi animé, coloré, bien achalandé : mangues, papaye, citrons verts, pamplemousses, crevettes, poisson.... suivi de la visite d'un supermarché de la capitale pour l'épicerie. Très pratique cette tournée organisée par Jesse pour les plaisanciers, qui nous ramasse à la sortie du chantier et nous dépose au retour, avec tous nos paquets aux pieds du bateau.

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Les journées sont intenses, des premières lueurs de l'aube (5h30) au crépuscule (18h30), voire un peu plus tard pour profiter de la douceur de la soirée,l'éclairage du chantier illuminant bien les bateaux... Ensuite les meilleurs moments de la journée sont une longue douche froide (30°C) et une bière fraiche au bar du chantier. Par deux fois, nous profitons d'une prestation musicale de qualité, donnée par des équipages de bateaux : une façon pour eux de remplir la caisse de bord. Ensuite, nous allons au lit comme des poules et pas besoin de nous bercer !

Vendredi 4 octobre : enfin les travaux ont suffisamment avancé pour permettre la mise à l'eau et vers 14 h, après quelques zig zag entre les bateaux dans le chantier, Inoui retrouve son élément.

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Nous partons aussitôt pour Scotland Bay, distante de 4 miles, où nous pourrons mouiller au calme, continuer les travaux et nous baigner dans un autre liquide que la sueur. Une demie douzaine de voiliers sont au mouillage dans cette vaste baie, aux rivages inhabités et ceints de collines recouvertes de jungle. Notre quatrième saison de croisière tropicale commence vraiment : premiers bains, premier coucher de soleil à flots, première nuit étoilée bercée par un doux clapotis.

Retour à Trinidad (Début de la saison 2013-2014)

Samedi 5 et dimanche 6 , nous continuons le travail sur Inoui : quelques améliorations (le bimini, les circuits électriques), de la maintenance, des peintures extérieures... le rythme est moins soutenu qu'au chantier, le vent nous rafraichit et surtout, dès que la température monte, nous pouvons ploufer !

Dans la Baie, l'animation musicale est offerte le week-end par les bateaux locaux. Ce samedi soir, sur tribord nous avons une grosse vedette avec des projecteurs capables d'éclairer le Stade de France et une sono suffisante pour rendre sourds tous les spectateurs du sus-cité Stade et sur babord une sono à peine plus modeste venant d'un campement familial d'une vingtaine d'individus. Plusieurs tours de lanchas ont été nécessaires pour débarquer tout le matériel, groupe électrogène, sono, projecteurs, glacières, bâches, vivres, boissons ainsi que les campeurs.

La vedette dérade vers minuit, les campeurs danseront jusqu'à 3 h du matin... Et surprise, au lever du jour, nous entendons les cris des enfants jouant : soit, ils ont dormi à peine 3 heures, soit, une mutation génétique leur permet de dormir avec un fond sonore supérieur à cent décibels. Les adultes se réveillent peu après et rebranchent la sono.... Dans la journée d'autres vedettes ou bateaux de pêche, viendront mouiller dans la baie, avec chacun sa sono et ses airs, mais la Soca domine largement !

Qui a écrit quelques lignes plus haut : Scotland Bay, un mouillage calme ??? En réalité, cette animation dominicale, quasi identique dans tous les pays tropicaux, nous plait !

Lundi et mardi : nous avons essayé de prendre une bouée ou de mouiller devant le chantier à Chaguaramas comme les années précédentes. Nous devions y retrouver nos amis François et Lili, qui arrivaient de France, et faire des emplettes préventives pour le bateau, car nos pérégrinations vont nous éloigner des zones civilisées (au sens fournitures marines).

Les bouées étaient toutes occupées, le mouillage archi complet dans la zone possible (11 m de fond quand même), les vents tourbillonnants et les bateaux se déplaçant en tous sens. Après 4 tentatives de mouillage peu satisfaisantes et deux heures de tension, nous rentrons bredouilles à Scotland Bay.

Nous en repartons le lendemain matin en annexe, en laissant le bateau au mouillage. Le trajet se déroule dans des conditions moins confortables, mais il y a de la place au dinghy dock du chantier.

Mercredi nous quitterons Trinidad.

Notre saison 2013-2014 a donc débuté et nous programmons d'abord le Vénézuela, les ABC et la Colombie avant Noël, puis la Jamaïque, les iles Caïmans, le Yucatan, le Bélize et enfin le Guatémala, mais cela est une autre histoire !

Nda : ABC = Aruba, Bonaire et Curaçao, 3 iles des Antilles Néerlandaises au large du Vénézuela.

D'autres photos sur Picasa en cliquant ici :

Partager cet article

Commenter cet article